Métaphysique d’un bord de mer

Entretien avec Géraldine Mosna-Savoye, autour de la métaphysique d’un bord de mer, pour Les nouveaux chemins de la connaissance, France Culture, 1er juillet 2016.

Ecouter ici :

http://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/la-metaphysique-d-un-bord-de-mer-par-pierre-cassou

Métaphysique d’un bord de mer

Métaphysique d’un bord de mer, Paris, Editions du Cerf, 2016

Comment s’est inventé le bord de mer ? Avec quelles figures historiques, quels rituels sociaux, quelle littérature ? Quel est le sens de cette construction ? Et comment la décrire ? Car les concepts usuels de la métaphysique sont essentiellement terrestres et sont inadéquats pour traduire le mouvant, le fluctuant, le sans sol. Il faut les y faire jouer à contre-emploi ou les détourner pour les rattacher à ce milieu particulier qu’est la plage. Aussi le bord de mer semble appeler une autre métaphysique, qui reste à élaborer. Un livre polyphonique, construit par fragments, où chacun peut entrer comme il veut, à la saison de son choix, en fonction de son humeur ou de ses goûts, comme on peut passer un week-end à la mer en hiver, ou y rester tout un mois l’été.

S’entrecroisent des récits, des scènes de plage, des souvenirs d’enfance ou le portrait de personnages singuliers, avec l’analyse de textes littéraires et des réflexions proprement philosophiques sur les concepts et le statut de la métaphysique.
Ces fragments s’organisent en une chronique retraçant une année au bord de la mer. Une histoire des bords de mer, ou comment un territoire du vide est devenu un petit paradis. Une autre manière de faire de la philosophie.

Entretien à propos de ce livre

Entretien à propos de ce livre

 

 

 

 

Les limites imaginaires du monde de la raison

Quatre conférences au CUF Saint Petersbourg 9-18 février 2016

 

La plage du Moulleau                                     (Jean-Paul Alaux, 1909)

 

Conférences I et II. Introduction. Descartes, ou comment le rationalisme prend l’eau

Conférence III. Le bord de mer

Conférence IV. Le cas Gödel

Bio

Je suis né en 1971 à Tunis. Elève de l’ENS, rue d’Ulm, de 1991 à 1996, j’ai suivi un cursus parallèle en mathématiques et en philosophie. Après une thèse de philosophie, soutenue en 1999, j’ai été nommé chargé de recherche au CNRS, où je suis resté de 2001 à 2011. Depuis novembre 2011, je suis professeur au département de philosophie à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Je suis également co-éditeur de la revue SubStance.

Mon travail concerne les relations entre l’Imaginaire et la Raison. Comment l’imaginaire, et l’imaginaire le plus bizarre, joue-t-il à l’intérieur de ce qui relève, ou devrait relever, de la raison ?

Dans une perspective critique, j’ai étudié les archives de plusieurs savants (Kurt Gödel, Emil Post, Norbert Wiener), travaillé aussi sur certaines expériences de neurosciences, pour montrer comment des images, des images fantastiques, peuvent orienter ces recherches scientifiques. A l’inverse, j’ai cherché, dans des oeuvres littéraires ou artistiques, comment intervenaient des éléments scientifiques et se nouait alors une autre relation, extra-scientifique, entre Imaginaire et Raison

Dans une perspective spéculative, j’ai essayé moi-même de jouer sur l’imaginaire et, au moyen de la fiction, de développer une métaphysique originale.