L’Autre des mathématiques

Sur la conférence de Lacan au colloque de Batimore, 1966:  “Of Structure as an Inmixing of an Otherness Prerequisite to Any Subject Whatever”

Comment définir le rapport de Lacan aux mathématiques, ou le rapport du « structuralisme » de Lacan à un « structuralisme » mathématique ?

Le texte marque un moment clé dans le parcours de Lacan où, à la fois, Lacan sépare son modèle du sujet de celui qui ressortirait des mathématiques et de la science modernes, et utilise de façon systématique des objets mathématiques pour fixer ce modèle du sujet.

Il s’agit en particulier de situer Lacan par rapport à Cavaillès (et à Bateson) qui utilisent également les mathématiques (et parfois les mêmes éléments mathématiques) pour mettre en question l’étendue de la conscience.

Lire les diapositives

Exposé au colloque “Batimore 1966”, Université Paris 10, décembre 2016

Bio

Je suis né en 1971 à Tunis. Elève de l’ENS, rue d’Ulm, de 1991 à 1996, j’ai suivi un cursus parallèle en mathématiques et en philosophie. Après une thèse de philosophie, soutenue en 1999, j’ai été nommé chargé de recherche au CNRS, où je suis resté de 2001 à 2011. Depuis novembre 2011, je suis professeur au département de philosophie à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Je suis également co-éditeur de la revue SubStance.

Mon travail concerne les relations entre l’Imaginaire et la Raison. Comment l’imaginaire, et l’imaginaire le plus bizarre, joue-t-il à l’intérieur de ce qui relève, ou devrait relever, de la raison ?

Dans une perspective critique, j’ai étudié les archives de plusieurs savants (Kurt Gödel, Emil Post, Norbert Wiener), travaillé aussi sur certaines expériences de neurosciences, pour montrer comment des images, des images fantastiques, peuvent orienter ces recherches scientifiques. A l’inverse, j’ai cherché, dans des oeuvres littéraires ou artistiques, comment intervenaient des éléments scientifiques et se nouait alors une autre relation, extra-scientifique, entre Imaginaire et Raison

Dans une perspective spéculative, j’ai essayé moi-même de jouer sur l’imaginaire et, au moyen de la fiction, de développer une métaphysique originale.